La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


jeudi 25 août 2016

Cela aurait pu (ou dû) être parfait !

Voilà un texte que j'ai écrit il y a un mois. Sur cette merveilleuse Ile de Ré. 
Après mon été quelque peu houleux autant dans mes tripes que dans mon univers, j'ai enfin le temps aujourd'hui de reprendre ce texte pour vous le partager !


Je n'avais pas imaginé ça.
Je pensais que quand nos Zenfants seront grands, et qu'ils partiront en vacances de leur côté, pour nous ce serait peinard. Comme quand ils n'étaient encore pas de ce monde. 

Je pensais. 

Voilà des mois que je me réjouissais de partir. A deux. À l'île de Ré. L'île de Ré en amoureux, ça ne pouvait être que parfait. Cette île qui me faisait rêver, aux milles visages. 

Mais il y a eu ce putsch manqué. Dans ce pays du Moyen-Orient. Il y a une semaine. 
Et Manana 1ère seule dans la capitale. Dans un appart. 
Et cette nuit blanche à la soutenir par wattsapp pendant que les bombes explosaient, que sa maison tremblait, que les avions militaires rasaient le toit de son immeuble, qu'il y avait des tirs dans sa rue, la poussant à se cacher derrière son armoire. Je la tenais au courant de l'évolution, vu que les sites internet avait été ralentis. 
Publier sur mon mur FB pour que les gens prient pour sa protection. Être encouragée de voir tous les messages des amis qui pensaient à elle, à nous. En être VRAIMENT encouragée. Se sentir soutenue. Elle. Nous. 
Et au matin, quand le calme revient, admirer Manana 1ère, qui a bien tenu le coup. 
C'était la nuit de vendredi à samedi.
Et mardi nous partions en vacances. A deux. En amoureux. Comme dans le temps. Avec des rides et des kilos en plus. Depuis la veille, Manana 1ère souffre du contre-coup. Elle est mal. Nous aussi du coup. La situation politique nous inquiète. C'est pas le cœur léger que nous partons. Mais que pouvons-nous faire de plus ?

Prier, rester en contact avec elle. 

On ne dort pas bien. On est soucieux, sous tension. Prises de tête entre nous deux. Pour le moment c'est pas le voyage rêvé. L'île est loin de nous décevoir. Nous, par contre...
Cette île merveilleuse que nous découvrons nous fait parfois mettre cette histoire au deuxième plan. Pas longtemps. Mais juste une respiration entre deux vagues qui nous submergent.
Puis ça commence de bouger. Manana 1ère n'en peut plus, chaque bruits étranges la stresse, plus d'énergie, plus de dodo, plus faim. 
Help !
Et tout bouge. 
Mercredi, ses responsables helvétiques lui demandent de rentrer. Rapidement. 
Manana 1ère revient en Helvétie !!! Wahou ! Deux mois plus rapidement que prévu ! Mais nous ne sommes même pas là ! Elle sera au pays mais toute la smala que nous sommes est à l'étranger !
Vive les grands-parents ! 
Vendredi ils l'accueillent à l'aéroport et l'hébergent. Et commencent de lui refaire une santé. 
Manana 1ère peut commencer à remonter la pente. Elle se sent en sécurité. 
Et nous pouvons commencer VRAIMENT nos vacances. Sereinement. Elle est entre de bonnes mains. La tension baisse. Nous voilà soulagés.
Nous nous réjouissons +++ de la revoir dans quelques jours. Impatience. Du coup, nous essayons de profiter des quelques jours qu'il nous reste, mais difficile de les vivre à 100% ! M'enfin. 

Je me souviens. Pour nos 20 ans de mariage nous étions partis quelques jours à deux en amoureux. Fiston 1er n'avait pas le moral au beau fixe à cette période. Le soir de notre repas qui aurait pu être romantique comme dans les films :  imaginez, une seule table (la nôtre !) dressée sur une terrasse en face d'une oasis (vous imaginez ?), avec un musicien qui jouait à nos côtés, Fiston 1er ne nous donnait anormalement plus de news. Angoisse. Le moment qui devait être parfait ne l'était plus.

Je me souviens. Il n'y a pas si longtemps. Joie ! je reçois par mail le premier jet de mon livre. Je m'apprête à le découvrir. Moment parfait. Parfait ? Non, au même moment je me prends la tête avec Manana 2e. 

Toutes ces expériences me rappellent que, sur terre, les moments parfaits n'existent quasiment pas. Ils sont à savourer, à vivre pleinement, quand ils sont là (euhhh, cela me rappelle "droit" une chanson, merci Christophe, non non, je ne le connais pas personnellement).

Et vous, parents, profitez à fond de vos Zenfants petits, ne soyez pas impatients qu'ils grandissent, ça sert à rien, ça n'arrivera pas plus vite. Ohhhhh pas simple en vacances. Je sais. Cela ressemble rarement à du repos les doigts de pied en éventail, un bouquin sous le nez. Mais là vous les avez sous vos ailes, totalement sous votre protection. 
Et si vous êtes épuisés ne vous attendez pas forcément que ça sera mieux plus tard. Pas forcément. Ce sera différent. Vous avez des Zenfants, c'est pas pour 20 ans, mais pour la vie. 
Je l'apprends depuis quelque temps. Moui.

Et tout en écrivant j'entends ce couple et leur petite fille qui s'amusent dans la piscine, juste à côté. Les rires, les clapotis de l'eau, les exclamations joyeuses. Plouf ! Ça me fait chaud au cœur. C'est beau. C'est la vie. La joie. Le soleil. Mes souvenirs me rejoignent. Moment émotion. 

PS : Cette note n'est pas très positive, je l'ai écrite quand mes tripes se faisaient tirailler dans tous les sens, mais je suis heureuse avec ma tribu. Tellement reconnaissante de tous les avoir. Même s'il y a des difficultés, des moments vraiment difficiles, ils sont contrebalancés par les moments de joie, de reconnaissance. Et la vie, n'est-ce pas tout simplement ça ?

Le p'tit mot spi

Voici le jour que l’Eternel a fait: qu’il soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie!
Psaume 118 : 24

A vous maintenant qui dites: «Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l'argent», vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! En effet, qu’est-ce que votre vie? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite. Vous devriez dire, au contraire: «Si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela.» Jacques 4 : 13-15

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. Matthieu 6 : 34

News bouquin : 
Mon livre "Dieu, ma famille, les autres et moi, et parfois le contraire"sera en vente dès le 8 octobre ! Yehhhh !!! (plus d'infos sur mon blog à droite ou sur la page FB de mon blog)

dimanche 10 juillet 2016

C'est l'été, sortons les gants !

Je ne comprends RIEN.
Aucune logique.
NIET.
Pas une once.

Mais qu'est-ce que c'est que ça ???
Mes deux petiots. En plein adolescence, dans le pic même,  dirais-je... ne savent PLUS comment s'habiller. PLUS DU TOUT.
Et n'écoutent pas mes conseils.
Au contraire, ils les trouvent nuls*, sans intérêt*, ringards*, arriérés*,... ils ne le disent pas de vive voix. Ils n'oseraient pas voyons. Mais plutôt me le font comprendre par des bruits ou regards qui veulent tout dire. Sauf : je-t'aime-maman-chérie-merci-pour-tes-conseils-avisés-je-vais-vite-me-changer-quel-idiot/e-je-suis- oh la la-que-j'ai-chaud.

Voilà qu'il fait beau depuis plusieurs jours. En plus de faire beau. Il fait chaud. Vraiment chaud. On apprécie. On se sent en vacances chez nous. On sue. Il fait proche de 30 degrés. Du coup, en sentant cet atmosphère du Sud, ces nuits à peine fraîches et ces matins où il est possible de petit-déjeuner dehors, au soleil, au milieu des bruits d'ailes d'abeilles, des chants des oiseaux, en pyjama (je suis bien cachée par les arbres et mon pyjama est tout à fait montrable), bref, du coup, cet atmosphère me fait aller au ralenti, au rythme des vacances, même si je ne les ai pas encore.

Bref, tout ça pour dire. Que c'est l'été. Le vrai. Celui qu'on attend 11 mois par année, cette période tant aimée et appréciée.

Bref, tout ça pour dire, qu'enfin, mes Zados ont ENFIN compris comment se vêtir, mais des mois trop tard : ils mettent des pulls en tricot à longues manches,  avec jaquette par-dessus. Quand on soulève le tout (oui, uhmmm, j'ai dû contrôler si Fiston 2e n'avait pas attrapé des tiques, étant resté en forêt quelques heures. Je ne soulève pas leurs habits sans raison, voyons), le dos est mouillé, détrempé, en sueur, et à ma recommandation de prendre une douche, ils me disent que c'est déjà fait. OK. Comprends pas.

Le voilà, ou dirais-je les voilà dans leurs chambres sous les toits, fenêtres fermées, soleil tapant dessus donc faisant loupe, manches longues, jeans. Tous les deux.

Et voilà que ces dernières semaines-mois, lors des grands froids, ils arboraient fièrement leurs nouveaux t-shirts avec courtes manches (pour lui) ou sans manche (pour elle). Moi bien habillée en longues manches, je leur posais la question s'ils n'avaient à tout hasard pas froid.
A cette question que j'ai déjà posée des milliers millions de froid de fois. Leur réponse n'a jamais changé : - NON, pourquoi ?

Je ne comprends pas. Je comprends rien. HORMONES de l'adolescence qui perturbent leur sensation chaud-froid ? ENVIE DE MONTRER qu'ils sont assez grands pour décider tout seuls ? ENVIE D'ÊTRE DIFFERENTS de leurs géniteurzadorés ? ENVIE DE TITILLER maman ?
Il fait chaud, sortons gants et bonnet, dirait l'ado !
Me voilà donc sur internet à essayer de trouver une réponse. Sous google je mets "adolescence et thermostat". RIEN. "adolescence et sensation chaud-froid". RIEN. "adolescence et habillement". mmmmmhhhh, ça se rapproche. Je vais donc lire quelques articles. Nul. C'est plus porté sur le look. "pourquoi les adolescents ne s'habillent pas en fonction de la météo" (ou s'habillent en fonction de la météo 6 mois trop tard). RIEN concernant ce sujet. Même la toile est en panne.
La seule chose que j'ai pu trouver à peu près digne d'intérêt, c'est :
ClosetSpace est une application Smartphone qui propose des tenues en fonction de la météo de votre ville.
Mais je crains que si je leur propose cela mes Zados risquent de trouver ceci... (voir sous * ci-dessus), vu que ça vient de lamamanquejesuisquilezaimetellementetquileurveutquedubien.

Ce post ne m'a en rien aidé sur ce sujet. En rien. Souvent, ça met de l'ordre dans ma tête d'écrire sur un sujet, mais là, c'est presque pire.
Mais de suite, je vais vite ranger au grenier ces gants-bonnets qui traînent encore (après leur camp de haute montagne avec l'école) avant qu'ils se promènent avec. On sait jamais. La température risque de monter encore.

Le p'tit mot spi
Je comprends rien.
J'ai la foi. Je crois au Dieu-Créateur-Seigneur de ma vie. Je crois à ce Dieu d'amour infini. J'y crois vraiment.
Mais combien souvent je ne comprends pas pourquoi telles personnes doivent passer à travers telles difficultés, maladies, dépressions, qui n'en finissent pas. J'aimerais aider. J'aimerais que ça bouge. Et je ne peux pas.  Je ne comprends rien. Aucune logique humaine. Justement : hu-mai-ne.
MAIS :
Il faut alors se dire que, même si l'on a apparemment aucune prise sur la réalité et aucun moyen concret d'intervenir, il reste toujours la possibilité de continuer à croire, à espérer, à aimer. Croire que Dieu n'abandonne pas cette personne et que la prière pour elle portera des fruits en temps voulu. Espérer tout de la fidélité et de la puissance du Seigneur... même si je ne peux rien faire, du moment que je crois, que j'espère, que j'aime, quelque chose se passe dans l'invisible et les fruits se manifesteront tôt ou tard, au temps de la miséricorde divine. La liberté intérieure, J. Philippe, p. 60
"...sachant que la détresse produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et la victoire dans l’épreuve l'espérance. Or cette espérance ne trompe pas, parce que l'amour de Dieu est déversé dans notre cœur par le Saint-Esprit qui nous a été donné." Galates 5 : 3-5

- Que deviendrais-je,
si je n’avais pas l’assurance de voir la bonté du Seigneur
sur cette terre où nous vivons ?
- Compte patiemment sur le Seigneur ;
ressaisis-toi, reprends courage,
oui, compte patiemment sur le Seigneur.

Oui, parfois je comprends rien. Heureusement, le souci d'habillement que j'ai avec mes Zados n'est en rien grave. Au moins ça. Pour le reste, gardons espoir, comptons sur plus grand, plus sage que nous. Il n'y a que ça.

vendredi 1 juillet 2016

Bouquin-news !!!

Un p'tit coucou à tous mes lecteurs !

- qui ne sont pas mes amis FB (mais je vous aime quand même)
- qui ne suivent pas mon blog sur ma page Facebook (vous pouvez toujours le faire...)
- qui ne sont pas amis avec moi sur Instagram 
- pour ceux qui reçoivent juste mes chroniques par mail... et qui ne vont jamais les lire sur   mon blog
- pour ceux qui ne suivent pas Jenay sur sa page...

Et pour que vous ne loupiez pas tout...

A la fin de cette année, un bouquin avec mes chroniques va sortir !!!
Le titre : Dieu, ma famille, les autres et moi (et parfois le contraire) aux Editions Prétexte 

Si vous voulez en suivre l'évolution jusqu'à sa naissance, allez sur mon blog et, en lisant  sur la colonne de droite, vous saurez presque tout ! (pour ceux qui y sont déjà vous n'avez qu'à tourner légèrement la tête contre la droite)

Voilà, pour vous mettre l'eau à la bouche... une photo de quelques illustrations de Jenay (et c'est un extrait très très succinct) : 



Et juste ci-dessus, quand j'ai découvert il y a à peine une heure, mon bouquin illustré et mis en page !!! Quel boulot fabuleux de Jenay, une petite merveille !

Reste à traquer les petits "bugs" qui se seraient glissés et à choisir la couverture (bonheur !!). En septembre, impression ! Puis vente.... avant Noël, c'est sûr !
200 pages joyeuses et colorées !
Merci Jenay !!!